© 2017 par Réseau Naissance Allaitement et Parentalité

Les suites de couches

 

Les suites de couches correspondent aux quelques heures ou quelques jours qui suivent un accouchement.

Les suites de couches immédiates

 

Les suites de couches immédiates correspondent aux deux heures environ survenant après l'accouchement, période pendant laquelle il existe encore de nombreux risques pour le bébé et la maman.

 

La surveillance en salle de naissance permet de vérifier qu'aucune complication ne survient. Après l'accouchement et la délivrance, l'utérus se contracte régulièrement et va involuer  progressivement pour retrouver en quelques semaines pratiquement la même taille qu'avant votre grossesse. Ces contractions peuvent être ressenties parfois plus intensément en particulier au moment des tétées, on les appelle des tranchées.   Ce sont les contractions utérines ressenties après l'accouchement pendant les tétées. L'hormone de la lactation ou prolactine a pour effet de faire rétracter votre utérus, ainsi il se vide mieux du sang qu'il contient.

 

Cette étape permet de :

 

    * Vérifier que l'utérus se contracte bien afin de surveiller le risque d'hémorragie

    * Surveiller l'état des pertes

    * Vérifier la tension artérielle

    * Surveiller l'expulsion du placenta

    * D'alimenter son bébé

 

Les suites de couches plus tardives

 

Les saignements

 

    * Des saignements appelés lochies peuvent survenir après l'accouchement

    * Leurs couleurs et leurs odeurs seront surveillées régulièrement afin de repérer une infection

    * Ils sont plus abondants au cours des premiers jours

    * Ils durent environ 7 à 10 jours puis ils disparaissent en général au bout de 2 ou 3 semaines.

    * Ils sont de couleur rouge les premiers jours puis deviennent rosés et marron et plus clairs.

 

Des saignements qui se prolongent trop longtemps (plus de 15 jours ou 3 semaines) ou dégageant une mauvaise odeur nécessitent une consultation en urgence.

 

Les douleurs utérines

 

    * Elles persistent pendant dix à quinze jours

    * Elles sont de moins en moins violentes au bout d'une semaine environ

    * Elles sont peu importantes après une semaine

 

Une consultation s'impose si ces douleurs persistent au-delà de 10 jours environ. Lors d'un allaitement, les douleurs utérines sont plus importantes au cours des premiers jours car celui-ci favorise les contractions de l'utérus.

 

Les fuites urinaires

 

L'apparition de fuites urinaires après l'accouchement représente un phénomène courant.

 

Le périnée, ensemble des muscles qui soutiennent le pelvis et la vessie, distendu et « abimé » par les efforts effectués au cours de l'accouchement, les nombreuses poussées, le passage du bébé, l'épisiotomie…peut provoquer ces anomalies urinaires.

 

La fatigue

 

L'apparition d'une fatigue après l'accouchement ne doit pas inquiéter la maman. Cette période concerne la totalité des femmes qui viennent d'accoucher.

 

L'accouchement, l'arrivée du bébé, le manque de sommeil et l'allaitement pour les mamans qui le pratiquent participent à cette fatigue.

 

Il faut se reposer après un accouchement et surtout chaque fois que cela est possible. Vous augmenterez ainsi vos chances d'apporter le meilleur à votre bébé, tout en vous préservant.

 

Essayer d'écourter les visites de la famille, des amis ….

 

La constipation

 

    * Il est fréquent d'être constipée pendant quelques jours après l'accouchement

    * Demander un traitement si la constipation persiste plusieurs jours.

 

Les points de suture ne peuvent pas lâcher et ne doivent pas empêcher d'aller à la selle.

 

Les hémorroïdes

 

L'apparition d'hémorroïdes est fréquente. Les efforts effectués pendant l'accouchement ont sollicité les muscles et les veines.

 

Le retour de couches

 

Le retour de couches correspond au retour des règles après un accouchement. Il s'effectue dans le mois qui suit la naissance si la mère n'allaite pas son bébé. Il se produit plus tard, entre 3 et 6 mois après la naissance si la maman allaite. Un faible retour de couches peut se produire deux semaines après l'accouchement.

 

Les rapports sexuels

 

C'est à vous de le sentir, quand vous êtes prêts, mais n'oubliez pas votre moyen de contraception.
 

La rééducation du périnée

 

Le périnée est un " hamac " de muscles qui s'attachent devant, dans le pubis et, derrière, à la base de la colonne vertébrale (coccyx). L'urètre, l'anus et le vagin passent à travers ce hamac musculaire.

 

Le périnée est un groupe de muscles bien caché. Il n'est pas très grand mais il soutient à lui seul tous les organes situés au niveau du bassin. Il joue un rôle primordial dans le maintien de la continence.

 

En contractant le périnée, l'on exerce une pression sur l'urètre, le vagin ou l'anus. C'est cette pression qui empêche le passage d'urine.

Qu'est-ce que la rééducation périnéale?

 

    * C'est une rééducation spécifique des muscles périnéaux généralement pratiquée par voie endo-vaginale ou endo-rectale pour traiter certaines formes d'incontinence.

 

    * Le muscle du périnée est celui qui, entre autre, permet de soutenir et maintenir en place les organes présents dans le petit bassin (vessie, utérus, ampoule rectale…). Si le périnée se relâche, il peut se produire une perte d’urine ou de selle ou encore une descente d’organes…

 

    * Le périnée vient également renforcer l’action des sphincters (qui sont des muscles intimement liés aux muscles du périnée) qui servent à arrêter volontairement l’émission d’urine ou de selles (« je retiens mon envie d’uriner. »).

 

    * Quand ces muscles du périnée perdent de leur tonicité (ex.: après la grossesse car il a été distendu par la pression du bébé pendant la grossesse ou lors du passage du bébé dans le petit bassin pendant l’accouchement), il faut le remuscler, pour prévenir ou soigner les pertes d’urine ou de selles.

 

En France des séances de rééducation périnéale sont très souvent prescrites dans la prise en charge du post-partum. Leur rôle est à la fois curatif et préventif et vise à remuscler le périnée des nouvelles mamans afin de prévenir ou corriger d’éventuels problèmes d’incontinence. C’est le médecin qui évalue l’état du périnée lors d’une des visites post-natales et prescrit des séances de rééducation périnéale en cas de besoin. Ce sont les kinésithérapeutes et les sages-femmes qui sont habilités à faire pratiquer ces séances de rééducation. Elles peuvent également être prescrites pour le traitement de certaines formes d’incontinence urinaire d’effort. Parlez-en à votre médecin il pourra vous orienter vers les examens et/ou le traitement le plus approprié.

 

 
Les différents traitements possibles avec des sondes de rééducation périnéale

 

Pour remuscler le périnée, plusieurs types de sondes peuvent être proposées (des sondes vaginales ou anales).

 

Leur principe est le suivant :

 

    * Envoyer des impulsions électriques qui vont faire se contracter le muscle (c’est une rééducation passive) ; c’est ce qu’on appelle « l’électrostimulation ».

 

    * Faire ressentir au patient(e) sa contraction périnéale et lui faire pratiquer une rééducation active. Pour cela, lorsque le/la patient serre son muscle périnéal autour de la sonde, une courbe ou des colonnes de points (ou tout autre signal en fonction de l’appareil) apparaît sur un écran et la personne visionne en temps réel le travail qu’elle effectue. Elle peut ainsi essayer de tenir son muscle serré de plus en plus longtemps et ainsi le rééduquer petit à petit. C’est ce qu’on appelle le « biofeedback ». La plupart des sondes vaginales ou anales ont un système « biofeedback » associé à l’électrostimulation.

 

    * Travailler en biofeedback non électronique, avec une sonde pression. On peut utiliser cette technique lorsque l’on souhaite faire une rééducation debout ou pour la rééducation de certaines constipations.

 

 

Connaissance et maîtrise du périnée (CMP)

 

Il s’agit d’une méthode de rééducation périnéale où la femme apprend à bien sentir les différentes zones de son périnée, ceci, par une méthode de visualisation.

 

On utilise l’image d’une petite grotte dont l’entrée est la vulve. Au plafond se situent la zone urétrale, la zone vésicale et le col; le sol et les parois de la grotte sont les différents faisceaux du releveur de l’anus et les coccygiens.

 

A chaque consultation, la sage-femme enseigne un exercice et pratique un toucher vaginal pour percevoir la réponse des différentes zones. Les exercices proposés sont progressifs, zone après zone. La femme doit avoir la volonté de faire quotidiennement les exercices prescrits.

 

Cette approche permet à la femme de se  « refermer », d’acquérir une perception fine de son périnée, de repérer les pressions exercées vers le bas à l’effort. Elle apprendra ainsi à exercer des mouvements de remontée de son périnée.

 

 

L’eutonie après l’accouchement pour les femmes qui viennent d’avoir un enfant

 

Si la grossesse est un moment de transformation progressive, le retour des suites d’un accouchement est un autre changement, plus soudain, à assumer.

 

Retrouver son corps. Retrouver du tonus.

 

La pratique de l’eutonie sera un bon moyen pour que la mère retrouve son centre de gravité, sa posture, sa démarche, son poids et du tonus pour l’ensemble du corps et pour les régions fragilisées comme peuvent l’être le périnée, le ventre et les sphincters. Alors vient un exercice d’eutonie bien connu. Il s’agit du travail debout qui amène à trouver une grande stabilité tout en gardant une mobilité intérieure et de la force, de la fermeté et de la légèreté tout en restant détendu. Il se termine debout en équilibre sur une bûche : un demi-cylindre posé à plat sur le sol sur sa face arrondie.

 

Bien porter et bien tenir le bébé pour que le bébé se tienne bien.

 

La maman peut enfin trouver avec l’eutonie des conseils de bonne utilisation de son corps et de ses forces pour porter son bébé en toutes circonstances et en particuliers, pour le placer dans le siège de la voiture sans se faire mal au dos. Et pour tenir son enfant pendant la tétée, la toilette et l’habillage sans crisper et sans se prendre la « tendinite des jeunes mères » dans les pouces. Apprendre à bien porter son bébé amènera aussi son jeune enfant à développer le réflexe de redressement pour petit à petit tenir sa tête, bien tenir assis puis debout en grandissant. Cela donne des enfants bien éveillés, autonomes et qui semblent plus légers à porter.

La contraception

 

Il est possible de tomber rapidement enceinte après sa grossesse.

 

Plus de 90% des femmes n'ovulent pas avant le retour des règles.

 

Mais 10% environ des femmes peuvent ovuler très rapidement, dans les premières semaines après l'accouchement.

 

Il est difficile de déterminer avec précision la date de la première ovulation après l'accouchement. Une ovulation peut en effet survenir à tout moment après un accouchement.

 

Il est nécessaire d'utiliser des préservatifs car la contraception ne peut démarrer immédiatement après l'accouchement.

 

Pour les femmes qui n'allaitent pas :

 

    * Il est préférable d'éviter la prise de la pilule jusqu'au retour de couches et d'utiliser d'autres méthodes contraceptives comme les spermicides ( gel, éponges, ovules…) ou les préservatifs.

 

    * Le stérilet : il est conseillé d'attendre le retour de couche set que l'utérus reprenne sa forme habituelle. Le stérilet n'est pas indiqué si un second enfant est désiré rapidement.

 

Pour les femmes qui allaitent :

 

    * La pilule oestroprogestative est contrindiquée pendant la durée de l'allaitement.

 

    * La micro pilule (pilule micro-dosée contenant de la progestérone) est autorisée Dans les 10 jours qui suivent l'accouchement. Elle peut parfois entraîner une baisse de la lactation et des saignements. Elle doit être prise à heure fixe.
 

 
 
 
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now